coquillages et blablatages

histoire de ne pas se sentir seul derrière son clavier, pour parler d'actu, de ciné, de cuisine, d'amour et d'amitiés
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les FARC, résistants ou bien terroristes ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chibi
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 31
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Dim 13 Avr - 4:17

amérique latine

Chavez contre Bush


Inquiet de la tournure des événements en Amérique latine, soucieux de redorer son image dans la région, George W. Bush a effectué une tournée dans cinq pays du continent, dont le Brésil de Lula, symbole de la gauche raisonnable, soucieuse des intérêts des capitalistes et de la mondialisation néolibérale.

En Colombie, 20 000 soldats et 7 000 policiers ont été mobilisés pour assurer la visite de Bush. Le président de Colombie, Àlvaro Uribe, a reçu un chèque de quatre milliards de dollars d’aide pour sa guerre contre les guérillas de gauche, FARC en tête. Dans un pays qui vient d’emprisonner neuf députés de la coalition majoritaire pour collaboration avec les guérillas d’extrême droite et le narcotrafic, la défense de la démocratie en prend un sérieux coup. L’étape suivante l’a mené au Mexique, où il a adoubé le président Calderon qui ne doit son élection qu’à une fraude massive contre le candidat de gauche, Lopez Obrador.

C’est pourtant Hugo Chavez qui aura volé la vedette à Bush aux yeux des peuples latino-américains. Le président vénézuélien a organisé une contre-tournée face à celle du « diable », comme il appelle le président des États-Unis. Il a ainsi harangué Bush lors d’une contre-manifestation à Buenos Aires, à quelques kilomètres seulement de Monte­video où se trouvait Bush. Tandis que « Mister Danger » (autre sobriquet donné par Chavez à Bush) appuyait Uribe, Chavez était l’invité de Evo Morales, à El Alto en Bolivie. Devant des milliers de Boliviens, il a dénoncé « les plans de conspirateurs de l’Empire contre nous [Ndlr : les Latino-Américains] » et mis en garde contre les conséquences qu’auraient des tentatives d’assassinats contre Morales ou sa personne. « Une grande bataille a commencé [...] pour nous libérer et conquérir enfin notre indépendance qui n’a pas encore été réalisée », a-t-il dit.

Chavez s’est rendu enfin au Nicaragua pour tenter de faire basculer Ortega dans l’autre Amérique, alors que le nouveau chef de l’État a d’ores et déjà nommé comme vice-président un ancien chef de la contra, ouvertement allié des États-Unis.

Édouard Diago

http://www.lcr-rouge.org/article.php3?id_article=5535

-------

Les exécutions extrajudiciaires se sont poursuivies en Colombie l’année dernière, selon l’ONU

publié le vendredi 16 mars 2007

Les forces armées colombiennes tuent un nombre croissant de civils, en les présentant souvent comme des guérilleros tués au combat, selon le rapport annuel du Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU sur les violations des droits de l’homme en Colombie.

Bogota a également ignoré les liens entre les forces de sécurité et les groupes armés paramilitaires, poursuit le rapport.

Le rapport cite des violations "fréquentes et nombreuses" des droits de l’homme, y compris ds tortures, exécutions et disparitions forcées, de la part de la guérilla, des groupes paramilitaires mais aussi des forces gouvernementales.

Le bureau du Haut-Commissarait a reçu 2 138 plaintes pour violations des droits de l’homme l’année dernière, soit un volume équivalent à celui enregistré en 2005, mais elles sont plus nombreuses à concerner l’armée.

L’armée a participé à des assassinats de civils dans 21 des 32 États du pays, ajoute le rapport, notant que dans de nombreux cas les victimes étaient présentées à tort comme des guérilleros tués au combat. Ce type de "meurtres ayant toutes les caractéristiques d’exécutions extrajudiciaires ne semblent pas être des incidents isolés, ajoute le rapport.

Alors que 31 000 paramilitaires ont été démobilisés en vertu de l’accord de paix de 2003, de nouveaux groupes armés commencent à les remplacer dans certaines régions, où ils imposent leur domination.

L’Uruguayen Juan Pablo Corlazzoli, nouveau directeur du bureau du Haut-Commissariat en Colombie, a en revanche rendu hommage au travail de la Cour suprême dans son enquête sur les liens entre hommes politiques et paramilitaires, qui a déjà débouché sur l’arrestation de huit élus.

Il a estimé que le gouvernement faisait plus d’efforts en vue du respect des droits de l’homme : "Nous pensons que des progrès ont été faits", a-t-il jugé.

Presse Canadienne

http://www.armees.com/Les-executions-ex … 18142.html

-------

La multinationale américaine Chiquita a financé les milices paramilitaires colombiennes


LE MONDE | 16.03.07 | 15h01 • Mis à jour le 16.03.07 | 15h01

BOGOTA CORRESPONDANTE

La multinationale Chiquita Brands a financé les groupes paramilitaires colombiens. Aux Etats-Unis, il lui en coûtera 25 millions de dollars (18,8 millions d'euros). La firme agroalimentaire a annoncé, mercredi 14 mars, être arrivée à un accord avec le département américain de la justice qui, depuis trois ans, menait enquête.




Les Autodéfenses unies de Colombie (AUC, extrême droite) sont inscrites sur la liste des organisations terroristes par Washington depuis 2001. Elles ont commis d'innombrables crimes contre des civils dans la région bananière de l'Uraba (nord-ouest de la Colombie), où Chiquita avait des plantations. Aujourd'hui démobilisées, ces milices paramilitaires y étaient très impliquées dans le trafic de drogue.

A Bogota, le ministre colombien de la défense, Juan Manuel Santos, s'est réjoui de la décision. Les défenseurs des droits de l'homme demandent que l'amende soit reversée aux victimes des paramilitaires. La guérilla d'extrême gauche et les "paras" se sont disputés pendant plus de dix ans le contrôle de l'Uraba.

A en croire le rapport des autorités américaines, Chiquita aurait d'abord payé les guérilleros qui se livraient au racket dans la région. A la fin des années 1990, les AUC y font leur apparition. Sous prétexte d'en finir avec les exactions de la guérilla, les paramilitaires massacrent paysans et syndicalistes, sous l'oeil complice de l'armée et des compagnies bananières, et rackettent à leur tour.


1,7 MILLION DE DOLLARS


Chiquita reconnaît avoir versé plus de 1,7 million de dollars aux AUC, entre 1997 et 2004, mais prétend avoir agi de bonne foi. "Les versements effectués ont été motivés par le souci légitime de protéger nos employés", a précisé, jeudi, Fernando Aguirre, le président de la compagnie, qui a son siège à Cincinnati (Ohio).

Selon le département américain de la justice, des directeurs "hauts placés" de Chiquita ont autorisé et dissimulé les versements incriminés. Les noms des responsables n'ont pas été révélés.

L'accord signé avec l'administration américaine est une "solution au dilemme auquel la société a été confrontée il y a plusieurs années", précise un communiqué de la firme. En 2003, Chiquita a spontanément informé la justice des paiements réalisés par une de ses anciennes filiales, en constatant que les bénéficiaires figuraient sur la liste des organisations que la loi américaine jugeait criminel de financer. Un an plus tard, le groupe abandonnait ses opérations en Colombie.

D'autres entreprises américaines sont également soupçonnées de liaisons avec les paramilitaires colombiens. La compagnie charbonnière Drummond et Coca-Cola ont été traînées devant les tribunaux américains, soupçonnées d'avoir commandité l'assassinat de plusieurs syndicalistes.

Marie Delcas
Article paru dans l'édition du 17.03.07.

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 … 041,0.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
chibi
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 31
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Dim 13 Avr - 4:18

-------

Colombie : la banane Chiquita s'est payé les paras

La firme américaine a versé plus de 1,7 million de dollars aux paramilitaires d'extrême droite.

Par Michel TAILLE
QUOTIDIEN : vendredi 16 mars 2007


Bogotá de notre correspondant


La multinationale américaine de la banane Chiquita a bien financé durant des années des groupes paramilitaires d'extrême droite, à travers une filiale colombienne. Selon l'enquête de la justice américaine, l'entreprise a versé à partir de 1997 plus de 1,7 million de dollars à ces escadrons antiguérilla. Ces versements «avaient toujours été motivés par notre souci pour la sécurité de nos employés», se défend le PDG de l'entreprise, Fernando Aguirre, dans un communiqué publié mercredi. L'accord négocié avec le département de la Justice de Washington, qui prévoit le paiement d'une amende de 25 millions de dollars, doit encore être entériné par un tribunal. Mais il vient confirmer de vieux soupçons contre les producteurs de bananes installés en Colombie.

Plusieurs d'entre eux avaient déjà été accusés à la fin des années 80 de recruter des mercenaires pour former les premières milices antiguérilla. Les groupes marxistes des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ou de l'Armée de libération nationale (ELN) contrôlaient alors les zones de culture de banane et imposaient leur racket : la filiale de Chiquita elle-même, affirment les juges américains, a dû payer entre 1989 et 1997.
Après une dispute sanglante, qui s'est soldée par la mort de milliers de civils, les paramilitaires ont expulsé la guérilla des bananeraies, avec l'appui des entreprises. Une enquête de l'Organisation des Etats américains a montré qu'une cargaison de 3 000 fusils d'assaut destinés aux milices a été débarquée en novembre 2001 sur les quais privés de Banadex, à l'époque filiale de Chiquita ­ dont elle s'est finalement défaite en 2004.

A sa maigre décharge, Chiquita n'est pas la seule multinationale accusée de collusion avec les milices. Coca-Cola est toujours soupçonnée par des syndicalistes d'avoir favorisé l'assassinat de militants de sa filiale colombienne. L'entreprise minière Drummond devra répondre en mai du meurtre de trois autres syndicalistes, dans le nord-est du pays. Ce n'est qu'un élément de plus dans le scandale des complicités tous azimuts dont ont bénéficié les milices d'extrême droite au sein du pouvoir politique et économique : neuf parlementaires en exercice ont été récemment inculpés pour complicité.


http://www.liberation.fr/actualite/monde/241315.FR.php

-------

«En Suisse, mon rôle est diplomatique. Ici, je ne suis pas un dirigeant militaire»
16/03/2007 - El Tiempo, La Tribune de Genève, Le Temps
Un responsable des Forces armées révolutionnaires de Colombie, basé à Lausanne, accepte pour la première fois de parler. De sa présence en Suisse, de ses combats idéologiques. Et d'Ingrid Betancourt.

José, Manuel, Lazaro... Comment l'appeler? «Pour cette interview, ce sera Simon Gonzalez», répond-il. Simon range ses différents papiers d'identité dans un tiroir de son appartement en banlieue lausannoise. Il a plusieurs passeports. Un seul est officiel. Mais son nom d'origine doit demeurer secret. Sa vie en dépend. Agé aujourd'hui de 35 ans, Simon Gonzalez est venu en Suisse pour la première fois à 21 ans, comme réfugié politique. Il serait aujourd'hui détenteur d'un permis C. Trois fois, il a été la cible d'attentats dans son pays d'origine. Pourquoi? Parce qu'il est un membre important des FARC, la principale puissance rebelle du pays, dit-il. C'est dans son salon, assis en tailleur, qu'il nous a reçus, dans un bon français, avec un fort accent espagnol. De ses combats idéologiques à l'enlèvement d'Ingrid Betancourt, il est prêt à tout raconter.

Le Temps: Quelle est exactement votre fonction en Suisse?

Simon Gonzalez: Je suis le chef de la délégation diplomatique des FARC. Je les représente auprès du gouvernement de différents pays européens, auprès de personnalités publiques et de chefs d'entreprise. J'entretiens des relations avec ces gens comme si les FARC étaient un Etat à part entière, un Etat dans l'Etat colombien. On peut dire que j'ai un rôle d'ambassadeur, mais d'un gouvernement qui n'est pas reconnu. Mon supérieur est Raul Reyes, le numéro 2 des FARC.

- Concrètement, qu'implique ce travail d'«ambassadeur d'un Etat qui n'existe pas»?

- Au-delà des discussions, j'organise des aides logistiques humanitaires: envois de médicaments, d'argent. J'écris beaucoup. Je fais un travail régulier d'information en relatant les derniers développements en Colombie et en dénonçant les violations des droits de l'homme commises par le gouvernement. Je gère le contenu du site web officiel des FARC (un site hébergé en Suisse) et d'autres sites dits «alternatifs». Je travaille également avec des agences de presse qui racontent une autre vérité de la Colombie.

- Votre travail est-il légal?

- Oui, la Suisse accepte qu'un représentant des FARC soit sur ses terres. Car mon rôle est diplomatique. Ici, je ne suis pas un dirigeant militaire.

- Quel avenir souhaitent les FARC?

- Nous voulons la paix, mais pas n'importe quelle paix. Nous luttons pour la construction de la «nouvelle Colombie». Une Colombie avec un gouvernement pluraliste et un plan de reconstruction, de réconciliation nationale.

- C'est-à-dire?

- Nous voulons démocratiser la Colombie: que tout le pays puisse participer à la vie politique. Que tous les courants de pensée soient respectés. Les terres volées aux paysans par le pouvoir en place doivent être rendues; pour que les paysans ne soient plus obligés de planter la coca. L'ensemble de la population doit bénéficier des ressources naturelles du pays. Actuellement seule une élite en profite, seule une élite décide.

- Un but et une lutte qui passent uniquement par la force?

- Pas forcément, grâce à des alliances politiques aussi. Mais si on doit user de la force, on le fera. Ce n'est pourtant pas notre souhait. Mais chaque fois que les guérilleros ont rendu les armes, ils ont été tués. On ne refera pas les mêmes erreurs.

- La Suisse peut-elle jouer un rôle important dans cet avenir?

- La Suisse a déjà un rôle important. Aujourd'hui, elle travaille comme «facilitateur» pour permettre un échange d'otages. Le gouvernement colombien retient prisonniers près de 600 de nos guérilleros. De notre côté, nous avons 57 otages «politiques», dont trois agents de la CIA et Ingrid Betancourt. De plus, si des pourparlers de paix reviennent sur le devant de la scène, la Suisse pourrait également y jouer un rôle important. Car les deux fronts font confiance à la Suisse.

- Quel est l'impact de la couverture médiatique provoquée par la capture d'Ingrid Betancourt sur ces discussions?

- Si la France est également aujourd'hui un pays facilitateur, c'est peut-être en partie grâce à elle (l'Espagne est le troisième pays engagé dans la médiation, ndlr). Mais nous n'avons pas capturé Ingrid Betancourt pour avoir des résonances internationales. On ne savait même pas qu'elle était Française. Nous l'avons prise parce qu'elle était candidate à l'élection présidentielle colombienne et surtout parce qu'elle est venue sur notre territoire (au Caguan, département de Caqueta dans le sud de la Colombie, ndlr). On ne l'a pas cherchée à Bogota. On lui a dit: «Retourne chez toi!» Elle a dit: «Non!» Je crois qu'elle voulait gagner des voix supplémentaires en venant à notre rencontre. On avait prévenu tout le pays qu'on allait enlever des membres du régime politique pour les échanger contre nos prisonniers. Et Ingrid Betancourt était dès lors une cible facile. Mais nous n'avons pas planifié son enlèvement.

- Quel est l'avenir de ces otages?

- Ces gens ont la même nourriture, les mêmes médicaments, les mêmes droits que les membres des FARC. Ils vivent éparpillés dans la jungle mais sûrement dans de meilleures conditions que nos prisonniers à nous. Et ils resteront là où ils sont le temps qu'il faudra. Il est hors de question d'échanger une partie seulement de ces otages. C'est tous contre tous!

http://www.betancourt.info/indexFr.htm

-------

Des soldats américains traquent les FARC en Colombie
lundi 12 mars 2007, par Alex

En marge de la visite du Président américain George W. Bush en Colombie, l’Ambassade des États-Unis d’Amérique à Bogota a admis qu’actuellement des soldats de ce pays mènent des opérations conjointement avec les militaires colombiens dans le département colombien de la Caqueta dans le sud du pays.

Le porte-parole de l’Ambassade américaine Marshall Louis a déclaré que la seule chose qu’il puisse dire était que « du pesronnel américain accompagne les forces colombiennes dans le sud ».

Le but de l’opération est la récupération de trois contractuels américains qui sont tombés dans les mains des FARC depuis février 2003 quand un avion fut détourné, selon la version des FARC, quand il menait des missions d’espionnage dans cette région.

Légalement, les États-Unis ne peuvent maintenir plus de 800 membres de ses forces militaires simultanément en Colombie. La Constitution colombienne interdit en effet la présence de troupes étrangères sur le territoire national.

http://www.alactu.com/spip.php?article3548

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
Liquitex
plume à papotte


Féminin
Nombre de messages : 272
Age : 36
Localisation : Pébéoville
Emploi/loisirs : A la recherche d'un peu de dignité humaine
Humeur : Multicolore
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Vive le monde des affaires!   Dim 13 Avr - 13:25

De toute façon, ni Chiquita, ni Drummond, et encore moins Coca-Cola n'ont à s'inquiéter....les procès passeront à la trappe comme d'habitude, ou bien dans le pire des cas ils auront à payer une amende ridiculement faible par rapport à leur chiffre d'affaires....

J'aime beaucoup l'interview "langue de bois" du représentant des FARC, il a été perroquet dans une ancienne vie?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nala
Michante et floodeuse


Féminin
Nombre de messages : 504
Age : 32
Localisation : paris
Emploi/loisirs : educatrice spécialisée
Humeur : metro boulot dodo
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Ven 18 Avr - 3:40

je ne peut pas vraiment me positionner car je connais trop peu de chose sur les farc ( meme avec cet article)

il est evident que leur actions posent un enorme probleme , entre autre pour les histoire d'enlevement.

ils ont lever autour d'eux un tel mur de silence que j'ai du mal a cerner ces combattants.

je pense néanmoins qu'etre resistant peut etre intimement lié a des actes terroristes ( je pense aussi kamikaze palestinien)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Radar
Padawanillage


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Ven 18 Avr - 12:09

Pour moi les FARC sont des terroristes. Deja je doute fort que s'ils venaient à prendre tout le contrôle du pays ils établisseraient la démocratie. Ils mettraient en place une dictature communiste et voilà tout.
C'est vrai que parfois on est obligé d'employer la force mais il est qd mm facile d'arriver la bouche en coeur en disant notre désespoir d'utiliser la force. Dans le cas des palestiniens même si je comprend tout à fait leur réaction, tout le monde aurait fait pareil, je ne suis pas sure qu'il existe encore de réelle résistance palestinienne. Je parlerai plutot de groupes terroristes voulant destabiliser la région et installer une théocratie dans le cas échéant. Ces groupes procèdent à d'importants lavages de cerveau chez les enfants afin de les dresser à devenir de gentils terroristes plus tard. Ils profitent de la misère des gens pour recruter. Les bases de ce mouvement sont pourries. De plus il est évident qu'Israel est installé là à vie et que dans l'intérêt de tous des négociatiosn devraient être entamées. Ce n'est que comme ça que naitra un Etat palestinien digne de ce nom.
Bref la frontière entre terrorisme et résistance est parfois floue. Par exemple les copains de Ben Laden vous diront qu'ils sont résistants et qu'ils défendent une noble cause. Il me semble donc dangereux de dire la fin justifie les moyens.

Je finirai en disant que des solutions de résistance passive ont deja été utilisées en Inde et aux Etats-Unis notamment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nala
Michante et floodeuse


Féminin
Nombre de messages : 504
Age : 32
Localisation : paris
Emploi/loisirs : educatrice spécialisée
Humeur : metro boulot dodo
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Ven 25 Avr - 22:44

pas d'autre avis sur la question??? trois opinion c'est deja pas si mal............lol
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chibi
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 31
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Sam 26 Avr - 3:42

Ouaf Ouaf ...
Meme si j'ai posté le truc vais donné mon avis ...
Bon a mon sens les frac sont des résistants extrémiste .Dans le sens ou certaine de leur revendication peuvent être justifier .
Cependant la violence ,et surtout les enlèvement ,les discrédites en tant que 'résistant" ,tout en les protegants d'une certaine façon .
Soyons réaliste dans un tel pays utilisé le pouvoir des bisounours pour résisté ,c'est juste prendre un allé simple pour le plotons d'exécution .
Si il prenait le pouvoir il serait despotique ?Possible ,en meme temps je pense que pour la plus par leur visons de la liberté est bien differante de la notre .On a la chance de vivre en démocratie et de pouvoir s'explimé .Ce n'est pas le cas dans ce pays ,ou le totalitarisme est la depuis quoi 100 ans ? On sait exactement ce qu'es la démocratie pasqu'on en est une ,instoré un pouvoir en partant d'une quelque que idéologie et deja nettement plus risqué .
Et merite un temps d'essais ,notre liberté ne s'est pas crée en un jour ,tout autant que chaque pays libre de la carte .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
Radar
Padawanillage


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Sam 26 Avr - 17:28

Personne n'est jamais arrivé à atteindre l'idéal communiste.D'ailleurs comme son nom l'indique c'est un idéal, rien de plus. N'oublions pas que tous ceux qui ont marché vers le communisme se sont perdus en chemin et sont tombés dans la dictature.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chibi
Admin
Admin


Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 31
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Sam 26 Avr - 18:32

Je te parle pas de l'idéal communiste en lui même .Mais quant on ne connais que le communiste il n'est pas facile de changé, du jour au lendemain ...Tu n'as qu'a voire les problème en russie .
Je parlais d'idéal comme a l'époque de la révolution ,et le temps qu'il a fallut pour s'adapter (les troubles ,la terreur ...)
On arrive pas a la démocratie du jour au lendemain ...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
Radar
Padawanillage


Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Sam 26 Avr - 21:34

Oui, tu as raison. En tout cas les FARCS ne contribuent en rien à la démocratisation de la Colombie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liquitex
plume à papotte


Féminin
Nombre de messages : 272
Age : 36
Localisation : Pébéoville
Emploi/loisirs : A la recherche d'un peu de dignité humaine
Humeur : Multicolore
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   Lun 28 Avr - 0:13

N'y connaissant rien à la Colombie et à l'Amérique du Sud en général (ça s'arrête à "El Condor Pasa" chez moi), j'ai du mal à donner un vrai avis sur la question....

Par contre, leur histoire fait un peu penser à celle de l'ETA en Espagne, qui luttait contre Franco et demandait surtout la démocratie dans leur pays, en plus de la reconnaissance de la culture basque. Quand finalement la dictature a pris fin en 76, l'ETA est passée de la résistance clandestine à la guerre de terreur, bien que leur région bénéficie depuis d'une grande autonomie (même plus importante que celle des autres régions), que la langue basque y est une langue officielle...ils en demandent toujours plus, en jouant avec la vie des gens, comme le font les FARC (mais pas de la même façon).
Doc quand on voit comment l'histoire de l'ETA s'est terminée, ça ne donne pas vraiment envie de faire confiance aux FARC, qui ont pour eux deux industries: la prise d'otages et la cocaïne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les FARC, résistants ou bien terroristes ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les FARC, résistants ou bien terroristes ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment bien ranger ces BD
» Tout allait bien jusqu'à ce que Cablecom ....
» Apprenons à bien écrire français (Conjugaison / Grammaire)
» comment savoir si mon lipo est bien charger et equilibrer...
» moi ca va! et toi? oui bien et toi?bien et toi?moi sa va...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
coquillages et blablatages :: actu en tous genres :: l'actualité,la politique ,les grèves-
Sauter vers: