coquillages et blablatages

histoire de ne pas se sentir seul derrière son clavier, pour parler d'actu, de ciné, de cuisine, d'amour et d'amitiés
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Puissance du stereotype

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chibi
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 32
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Puissance du stereotype   Dim 13 Avr - 4:30

"petit article de michel desert chercheur au cnrs ."




Du point de vue des psychologues sociaux, l’origine des différences de genre réside plutôt dans les rôles sociaux (Eagly, 1987), ainsi que dans les préjugés et stéréotypes sociaux, appris au cours de l’existence. Par exemple, aujourd’hui encore, on dit des femmes qu’«elles sont moins rationnelles
que les hommes» ou «qu’elles sont moins douées que les
hommes en mathématiques», mais qu’elles «sont plus sensibles, plus fines au niveau affectif que les hommes». Ces
stéréotypes, ou ces réputations, sont si répandus dans la
société qu’il est difficile de ne pas les connaître. Les enfants
en prennent d’ailleurs très tôt conscience (Désert et Martinot,
2004), et les adolescents les ont pleinement intégrés
(Guimond et Roussel, 2001). Les réputations négatives, à leur
tour, peuvent créer une pression évaluative sur les personnes
qui en sont la cible. Cette pression peut être suffisante
pour interférer avec le fonctionnement intellectuel normal
de ces personnes (Schmader et Johns, 2003) et les amener à
confirmer leur réputation par leur comportement.
Prenons l’exemple de deux adolescents, Jeanne et Marc, qui
ont tous deux un passé scolaire brillant, dans la même filière
d’une même école. Lors d’une réunion de famille à laquelle
Jeanne est conviée, elle assiste à une scène de ménage entre
son oncle et sa tante. Celle-ci se fait sermonner parce qu’elle
s’est encore perdue en voiture en se rendant dans le centreville.
L’oncle appuie sa diatribe d’un «c’est quand même
incroyable, dans une ville d’à peine 50000 habitants, et avec
une carte routière dans les mains!». Il ajoute que «les femmes
ne sont décidément pas douées pour l’orientation dans
l’espace». Et les autres convives,hommes et femmes, de renchérir,
en citant une série d’exemples montrant les faiblesses
des femmes dans ce domaine, mais également au niveau
du raisonnement logique, de l’approche scientifique, etc. Le
lendemain, Jeanne et Marc se retrouvent en classe pour leur
premier contrôle de géométrie de l’année. Tous deux sont
un peu anxieux: c’est une nouvelle matière, et elle est assez
difficile. Mais pour Jeanne, la situation est empreinte d’un
caractère particulier : elle se souvient de la conversation
entendue dans sa famille la veille. Ce n’est pas la première
fois qu’elle en entendait parler. Dans sa famille, mais aussi
à la télévision par exemple. Et puis, certains de ses collègues
masculins ne se privent pas de faire des remarques désobligeantes
aux filles de la classe qui ont de mauvaises
notes en maths. Jusqu’à ce jour, elle a été préservée de ce
type de réflexions parce qu’elle a toujours eu de bonnes
notes. Mais cela sera-t-il encore le cas cette fois-ci? Elle n’est
pas bien sûre d’avoir tout compris. Et c’est justement d’un
examen sur la géométrie qu’il s’agit, un domaine dans lequel
les femmes ne seraient vraiment pas douées…
Lorsque le professeur distribue les copies d’examen,
Jeanne n’arrive pas à se concentrer aussi
bien que Marc. Elle est assaillie de pensées
interférentes. Elle est très anxieuse. Bref, la pression
évaluative qui s’exerce sur elle est bien
supérieure à celle que Marc doit gérer. Parce
que, pour Jeanne, l’enjeu de cet examen est
supérieur. Si elle échoue, cela pourrait confirmer,
à ses yeux et à ceux de son entourage (surtout
de son oncle) que les femmes ne sont décidément
pas douées pour la géométrie dans
l’espace. Autrement dit, si Jeanne obtient une
mauvaise note, il existe une explication immédiatement
disponible à cet échec: elle n’a pas
les capacités suffisantes pour réussir dans cette
matière, parce qu’elle est une femme. Il s’agit
donc d’une attribution interne et stable
(Beauvois, 1995), fondée sur une identité sociale.
Par opposition, si Marc échoue, le manque d’aptitudes
ne sera sans doute pas la première
explication à laquelle lui-même et son entourage
penseront. Après tout, il a toujours bien
réussi à l’école. Il ne se sera pas suffisamment
appliqué cette fois-ci, voilà tout. L’attribution
est toujours interne, mais cette fois elle est
instable («il fera mieux la prochaine fois»), et elle
se base sur l’identité personnelle de Marc (son
parcours scolaire brillant).
Comme nous aimons les histoires qui finissent
bien, nous dirons que Jeanne et Marc ont tous
deux obtenu une bonne note à leur examen.
Mais, en réalité, il est fort probable que le surcroît
de pression évaluative qui s’exerce sur l’adolescente
de notre exemple soit suffisant pour
faire chuter sa performance, et l’amener peutêtre
à échouer. Ce mécanisme a été appelé «la
menace du stéréotype» (Steele, 1997).

LA MENACE DU STÉRÉOTYPE

En 1999, Spencer, Steele et Quinn ont demandé
à des étudiants et à des étudiantes d’une université
américaine de participer à un test de
mathématiques difficile. Il s’agissait d’une série
d’exercices issus du Scholastic Aptitude Test
(SAT), un test standardisé utilisé par toutes les
universités américaines. Les participants à l’expérience
avaient été sélectionnés pour leur bon
niveau en mathématiques (ils suivaient tous
une filière réservée aux meilleurs étudiants en
mathématiques). Dans une condition expérimentale,
l’expérimentateur disait seulement
aux participants que le test auquel ils allaient
participer mesurerait leurs aptitudes en mathématiques.
Dans une seconde condition, l’expérimentateur
ajoutait que ce test n’avait jamais
mis en évidence une différence de réussite
entre hommes et femmes. Ensuite, les participants
répondaient aux exercices en un temps
limité. Spencer et ses collègues ont observé que
la note moyenne obtenue par les femmes était
inférieure à celle des hommes lorsque le test
leur avait été présenté comme une mesure de
leurs aptitudes en mathématiques. Ce résultat
n’est pas surprenant, il ne fait que refléter les
différences hommes/femmes habituellement
observées dans ce domaine. La seconde condition
expérimentale, celle où l’expérimentateur
ajoutait que le test n’était pas sensible au genre,
est plus intéressante: les femmes y ont obtenu
une note supérieure à celle des femmes de la
première condition, et équivalente à celle des
hommes des deux conditions. La performance
des hommes, elle, ne changeait pas d’une
condition à l’autre. En conclusion, sur un même
test de performance, une légère modification
des consignes données aux participants a suffi
à influencer les notes obtenues.
Selon Spencer et al. (1999), lorsque l’expérimentateur
dit aux participants que le test
mesure leurs aptitudes en mathématiques, cela
induit un risque particulier pour les femmes.
Elles ont la réputation d’être peu douées en
mathématiques. Dès lors, un échec à la tâche
pourrait être vu comme la confirmation de la
validité de ce stéréotype. Un risque auquel ne
sont pas confrontés les hommes qui participent à la tâche.
Et ce surcroît de pression évaluative, comme toujours
lorsque celle-ci devient trop forte, entraîne, ironiquement,
une chute de la performance des femmes. Le stéréotype
est alors confirmé. Un nouveau cycle peut commencer. En
revanche, lorsque l’expérimentateur dit que la tâche n’a
jamais montré de différences hommes/femmes, cela diminue
la pertinence de la réputation négative des femmes
pour ce type de tâches. Leur identité sociale ne risque pas
d’être utilisée pour expliquer leur performance. Elles se
retrouvent enfin sur un pied d’égalité avec les hommes:
seules leurs caractéristiques personnelles entrent en jeu.
Le phénomène appelé «menace du stéréotype» a d’abord
été mis en évidence auprès d’étudiants noirs américains
par Steele et Aronson (1995). Ces auteurs cherchaient à
expliquer pourquoi les étudiants noirs américains réussissent
moins bien que les blancs, à tous les niveaux de
l’enseignement, y compris à l’université. Ils ont relevé l’existence
d’un fort stéréotype aux États-Unis, selon lequel l’intelligence
des Américains d’origine africaine serait
inférieure à celle des Blancs américains. Steele et Aronson
(1995) ont ensuite montré que chaque fois que des étudiants
noirs devaient participer à un test d’intelligence, ou
chaque fois qu’on leur demandait de spécifier leur origine
ethnique avant de répondre à un test, cela les conduisait
à penser à leur identité ethnique et aux stéréotypes négatifs
reliés. Plus important encore, cela faisait chuter leur
performance.Depuis, ces résultats ont été reproduits auprès
de nombreux groupes sociaux (Désert et al., L’Année psychologique,
2002). Par exemple, les hommes peuvent se sentir
menacés, et réaliser un moins bon score sur une tâche censée
évaluer leurs aptitudes affectives, lorsque leur mauvaise
réputation dans ce domaine est rendue saillante
(Leyens, Désert, Croizet et Darcis, 2000).
De l’ensemble des études menées dans ce domaine, il ressort
que, chaque fois que l’identité sociale (ethnique, de
genre…) d’une personne devient saillante dans une situation
où des réputations négatives liées à cette identité sont
mises à l’épreuve, cela diminue les chances de réussite de
la personne. Dès lors, il paraît envisageable d’éviter les
effets négatifs des réputations en activant le versant personnel
de l’identité de l’individu. Cela devrait diminuer le
risque d’être perçu uniquement en fonction de son identité
sociale dévalorisée. Ce raisonnement a été testé dans
plusieurs études menées auprès d’étudiantes universitaires
qui devaient réaliser une tâche de mathématiques (Désert
et Leyens, 2002). Comme dans l’étude réalisée par Spencer
et ses collègues (1999), la tâche était présentée soit avec
des consignes dites «menaçantes», soit avec des consignes
«non menaçantes». Mais d’autres conditions expérimentales
étaient également ajoutées, dans lesquelles, après
avoir donné les consignes «menaçantes» aux étudiantes,
le chercheur introduisait une seconde manipulation, portant
cette fois sur la saillance de l’identité personnelle ou
de l’identité de genre des étudiantes. Dans une première
étude, les participantes devaient écrire une description de
soi, soit en tant que femme – ce qui devait rendre leur réputation
négative en mathématiques particulièrement
saillante –, soit en tant qu’individu – ce qui devait diminuer
la pertinence de leur réputation sociale pour la tâche.
Dans une seconde expérience, les femmes répondaient à
un questionnaire sur ordinateur, permettant disait-on d’établir
leur «profil cognitif ». La moitié d’entre elles recevaient
un feedback, attribué au hasard par l’ordinateur,
spécifiant qu’elles avaient «un profil cognitif typique du
groupe des femmes». Les autres étudiantes lisaient qu’elles
avaient «un profil différent, atypique par rapport au groupe
des femmes». C’est, bien sûr, dans cette seconde condition
que l’identité personnelle des participantes devait être la
plus saillante. Dans les deux études, les résultats montrent
que les consignes «menaçantes» font chuter la performance
des femmes lorsque leur identité sociale est rendue
saillante, mais pas lorsque l’on a activé leur identité
personnelle avant le début de la tâche. Dans ce dernier cas,
leur performance est aussi élevée que dans la condition
«non menaçante».
Ces études montrent donc que les réputations sociales
négatives dont les individus sont parfois la cible, en plus de
dévaluer leur identité, peuvent les conduire à adopter un
comportement qui valide ces réputations aux yeux de tous.
Ce mécanisme pervers participe au maintien des inégalités
sociales. Il est donc important de relever les situations
qui lui sont propices afin d’en éviter les effets. Il est, par
exemple, important d’éviter la tentation de la catégorisation
rigide des individus. Ainsi, dans le cas des femmes,
une remarque sexiste juste avant un examen de mathématiques
aura, selon nous, un impact non négligeable sur
la réussite des étudiantes à ce contrôle. Par ailleurs, nous
allons voir que la simple composition d’un groupe de travail
peut avoir des conséquences sur la performance de
certains individus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
chibi
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 32
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Dim 13 Avr - 4:30

LE STATUT MINORITAIRE DANS UN GROUPE,
OU L’« EFFET SOLO »

Il arrive qu’un individu se retrouve dans un
groupe qui compte peu de personnes de sa race
ou de son genre. Cet individu sera donc l’un des
rares représentants de son groupe social, voire
le seul. On parle de statut solo. Cette situation
peut se présenter fréquemment pour les femmes
qui s’engagent dans des études ou des
filières traditionnellement masculines (par
exemple une terminale scientifique) ou pour
les hommes qui s’engagent dans des filières
traditionnellement fréquentées par des femmes
(par exemple une terminale lettres).
Plusieurs études montrent que le fait d’être le
seul représentant de son groupe de genre dans
une situation d’étude ou d’examen a des effets
négatifs sur la performance des individus.C’est
l’« effet solo ». Sekaquaptewa et Thompson
(2002) ont montré que des femmes qui doivent
intervenir publiquement (par exemple lors d’un
jury d’examen) réaliseront une moins bonne
prestation face à un groupe composé uniquement
d’hommes que face à un groupe mixte. En
revanche, la performance orale des hommes
n’est pas affectée par un jury exclusivement
féminin. Le même type de résultat s’observe
avec des groupes de participants qui doivent
réaliser simultanément une même tâche (la
situation que les élèves et les étudiants rencontrent
à chaque contrôle écrit de connaissances).
Lorsque la constitution de ces groupes
est déséquilibrée (forte majorité d’hommes ou
forte majorité de femmes), l’identité sociale des
personnes de la « minorité » devient très
saillante. Cela suffit pour faire chuter la performance
en mathématiques des femmes lorsqu’elles
sont minoritaires dans le groupe, par
rapport à une situation où elles sont majoritaires.
Les hommes ne sont pas affectés par ces
manipulations, en tout cas lorsqu’il s’agit de
répondre à un test de mathématiques. Cela n’a
rien d’étonnant, puisque les femmes ont une
réputation d’infériorité par rapport aux hommes
dans ce domaine.
L’effet solo est donc un autre mécanisme social
qui influence ou perturbe la performance des
individus. Selon Sekaquaptewa et Thompson
(2003), il ne s’agit pas simplement d’une autre
manière d’activer la menace du stéréotype :
effet solo et menace du stéréotype peuvent
s’additionner ou agir indépendamment. Les
auteurs ont repris la procédure utilisée par
Spencer et al. (1999) pour la mise en évidence de
la menace du stéréotype: des hommes et des
femmes qui réalisent une tâche de mathématiques
présentée avec des consignes menaçantes
ou non menaçantes pour les femmes.
Sekaquaptewa et Thompson y ont ajouté une
manipulation du statut solo : plusieurs personnes
réalisaient la tâche en même temps,
soit dans un groupe constitué majoritairement
de femmes, soit dans un groupe constitué
majoritairement d’hommes. Les auteurs montrent
que les femmes réalisent la meilleure performance
lorsque la tâche est présentée avec
des consignes non menaçantes («ceci est un
test d’aptitudes en mathématiques qui n’a
jamais montré de différences entre hommes
et femmes auparavant») et qu’elles travaillent
dans un groupe constitué majoritairement de
femmes. Leur performance est au plus bas lorsqu’elles
sont en situation de menace du stéréotype
(« ceci est un test d’aptitudes en
mathématiques») et qu’elles travaillent dans
un groupe constitué majoritairement d’hommes.
Enfin, lorsqu’elles sont soit en situation de
menace du stéréotype, soit dans un groupe
constitué majoritairement d’hommes, leur performance
est moyenne. Ici encore, la performance
des hommes n’est pas affectée par ces
différentes manipulations expérimentales.
Selon les auteurs, les femmes sont plus sensibles que les
hommes à l’effet solo parce qu’elles ont, dans nos sociétés,
un statut social inférieur à celui des hommes. Dès lors,
chaque fois qu’elles sont en infériorité numérique, cette
infériorité de statut est réactivée. Un échec dans cette situation
rejaillirait en quelque sorte sur l’entièreté de leur
groupe. Il viendrait valider les inégalités de statut entre
hommes et femmes. Le raisonnement développé ici est
assez proche de celui proposé pour rendre compte de la
menace du stéréotype. Dans tous les cas, on voit bien toutes
les difficultés qui se dressent lorsque l’on veut sortir
d’un système dans lequel hommes et femmes n’ont pas
droit au même statut.

CONCLUSION
Les études présentées dans ce chapitre conduisent-elles à
la remise en question de la mixité à l’école? Elles montrent
que des situations apparemment égalitaires, des classes
composées d’hommes et de femmes recevant a priori les
mêmes enseignements et les mêmes évaluations, cachent
des inégalités de fait. Lorsque des femmes sont en situation
d’évaluation de leurs aptitudes dans des domaines
« sensibles » en termes de réputation sociale, et/ou lorsqu’elles
se trouvent en situation d’infériorité numérique
par rapport aux hommes, leur performance chute. En l’absence
de données à ce jour, on ne peut écarter l’idée que
cela se produise également pour les hommes, au moins
dans certaines matières. On pourrait donc être tenté d’éviter
ces situations d’infériorité numérique en supprimant la
mixité dans les classes. De plus, cela permettrait de créer
des situations de cours et d’examen spécifiques, tenant
compte des sensibilités propres à chaque groupe de genre.
Aux yeux du psychologue social, cela serait une erreur.
Nous ne pensons pas que les inégalités sociales entre
hommes et femmes puissent se réduire de cette façon.
C’est l’image de la femme dans la société (notamment dans
le monde du travail) qu’il faut modifier, plutôt que le dispositif
de sa scolarisation. Il faut bien reconnaître que, malgré
les progrès réalisés depuis une trentaine d’années, les
femmes souffrent toujours d’un déficit de valorisation
sociale. Le domaine de la publicité représente en l’espèce
un indicateur explicite. Une campagne publicitaire récente
vantait les mérites d’un plat préparé surgelé en montrant
le visage d’une femme blonde accompagné de la phrase:
« Quel est le secret des blondes? Au moins sept minutes
d’intelligence par jour.» Imaginerait-on la même publicité
présentant un visage d’homme? Moins polémique, mais
plus subversive parce que si consensuelle, une compagnie
de transport fait campagne en montrant en gros plan le
visage détendu d’un homme dont le crâne rasé supporte
quatre femmes miniatures appliquées à lui prodiguer un
massage. Quelle serait la réaction du public si les rôles
étaient inversés?
Ces campagnes publicitaires mettent bien sûr en image
les représentations communément véhiculées dans la
société. Mais elles ont un impact sur les individus. Davies
et ses collègues (2002) ont fait réaliser une tâche de mathématiques
à des hommes et à des femmes, après leur avoir
montré quelques messages publicitaires couramment diffusés
à la télévision. Pour une moitié des participants, les
messages publicitaires diffusés étaient neutres, c’est-à-dire
qu’ils ne faisaient pas référence à un stéréotype de genre.
Les autres participants voyaient des publicités sexistes.
L’un des films montrait, par exemple, une jeune fille un
peu stupide bondissant de joie en apprenant l’existence
d’une nouvelle crème contre l’acné. Les résultats de l’étude
montrent que les femmes ayant vu les publicités sexistes
ont plus fréquemment pensé aux stéréotypes négatifs
associés à leur groupe social et ont obtenu une moins
bonne performance à la tâche de mathématiques que les
femmes ayant vu les publicités non sexistes. Les hommes
ont également pensé plus souvent aux stéréotypes négatifs
relatifs aux femmes après avoir regardé les films sexistes,
mais cela n’a pas eu d’influence sur leur performance.
Bien sûr, il s’agit ici d’un effet à court terme,
mais ce genre de situation peut se présenter
très fréquemment. Remarques sexistes dans les
médias, mais aussi de la part d’amis, de membres
de la famille, de collègues, voire parfois
d’enseignants. Dans le cadre scolaire, il est
important de créer les situations les moins susceptibles
de désavantager un groupe de genre
par rapport à l’autre. Mais séparer les filles et
les garçons ne supprimerait pas, selon nous, les
phénomènes présentés dans cet article. La
menace du stéréotype a été mise en évidence
dans des groupes composés uniquement de
femmes, et même en situation d’examen individuel.
C’est la saillance de la réputation sociale
qui est le déclencheur. Bien sûr, chaque fois que
des femmes sont minoritaires dans des classes
de sciences ou de mathématiques, cela peut les
désavantager. Mais les éduquer séparément des
hommes pourrait avoir un autre effet pervers,
celui de valider aux yeux de tous une conception
selon laquelle «les femmes sont décidément
inférieures aux hommes puisqu’il faut
créer des classes spéciales pour qu’elles réussissent
». De plus, l’étape suivante d’un tel processus
pourrait être la mise en place de
programmes de cours différenciés en fonction
du genre des élèves. Ce qui serait l’effet inverse
de celui recherché en termes d’égalité.
En conclusion, du point de vue du psychologue
social, il paraît plus recommandable de maintenir
la mixité, en connaissant ses limites et en
mettant tout en oeuvre pour éviter les écueils
que nous avons décrits. Par exemple, ne pas
sur-catégoriser les élèves mais plutôt valoriser
leurs caractéristiques personnelles semble être
une stratégie efficace.


Alors alors :
Vos reactions a cette lecture ?
Et vous les stereotypes qui vous colles a la tete ?
Et vos petites experiances personnel ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
Liquitex
plume à papotte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 272
Age : 36
Localisation : Pébéoville
Emploi/loisirs : A la recherche d'un peu de dignité humaine
Humeur : Multicolore
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Dim 13 Avr - 14:55

Vos réactions a cette lecture ?
Je trouve cet article super intéressant! Les Etats-Unis sont beaucoup plus avancés que nous dans le domaine des études de genre...En France, en dehors des théories de Bourdieu sur la réussite sociale dans les années 60, il n'y a rien depuis tout ce temps. Rien n'a changé en 40 ans, ça fait peur!


Et vous les stéréotypes qui vous collent à la tête ?

Il y en a plein! "Les filles sont bavardes" (il suffit d'écouter un groupe de mecs papoter entre eux, c'est ragots et compagnie), "Les femmes au travail, entre elles, c'est une meute de loups" (pas plus que les hommes qui sont très forts pour se mettre des bâtons dans les roues), ""Une femme au pouvoir, c'est bien parce qu'elles sont plus douces que les hommes" (ah bon? Et Condoleeza Rice, Benazir Bhutto qui a doté son pays de l'arme nucléaire, Margaret Tatcher, c'était des pacifistes?)


Et vos petites expériences personnelles ?

Bof, j'ai jamais été très touchée par ces stéréotypes...Je n'ai aucune logique, suis nulle en math et j'ai du mal avec la pensée abstraite (souvent besoin de schémas, dessins, pour travailler concrètement sur un truc abstrait). Mais ma sœur, elle, est beaucoup plus douée là dessus! C'est plus une question de personnalité....Rien que sur le stéréotype "les femmes se perdent plus facilement que les hommes", raté, chez mes parents c'est mon père qui a le moins le sens de l'orientation!
_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liquitex
plume à papotte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 272
Age : 36
Localisation : Pébéoville
Emploi/loisirs : A la recherche d'un peu de dignité humaine
Humeur : Multicolore
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Jeu 17 Avr - 22:01

Na mé hoooo, que vois-je??? 7 pages sur le topic des régimes, UNE page sur celui-ci, qui parle des préjugés sexistes! C'est à se demander si il n'y aurait pas un fond de réalité là-dedans....

Et encore, je dis une page, c'est une réponse en fait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nala
Michante et floodeuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 504
Age : 33
Localisation : paris
Emploi/loisirs : educatrice spécialisée
Humeur : metro boulot dodo
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Ven 18 Avr - 3:32

mes reactions sur l'article :
trés interessant et bien écrit!! c'est un enorme probleme de société que l'on a tendance a oublier tellement il est quotidien. nous sommes tous victime du préjugés!!

[b]les stéréotypes qui me restent en tete :

ce sont des stéréotype grossiers mais c'est les seule qui me viennent pour l'instant : "blonde=conne" " musulman= terroriste" " juif= riche" " gothique = satan" enfin tout ces truc a la con que l'on a deja entendu!!!!!!


expériences perso :

euh bah moi pas vraiment , on peut pas vraiment me stéréotypé en fait!!lol je revendique plein de chose et du coup je suis dans plein de moule!! ( ou inverse on peut me stéréotypé plein de fois mais ça ne me touche pas du tout en fait) je me moque des idées reçu me concernant et je suis assez sociable pour faire tomber celle qui pourrait exister sur moi!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chibi
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 32
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Sam 19 Avr - 5:53

Rubis >Mdr c'est la réflexion que me m'était faite 'tiens 7 pages sur le régime et une réponse pour les stéréotypes"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
Radar
Padawanillage
avatar

Nombre de messages : 107
Date d'inscription : 24/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Sam 19 Avr - 21:06

Hum j'avoue...perso j'ai mis du tps à le lire car je n'aime pas lire de longs textes sur ordinateur. C'est interressant mais dis donc, il faut croire que les maths ont traumatisé l'auteur...il nous parle que de ça! Moi j'ai le vague souvenir comme quoi les hommes auraient plus de facilité en géométrie dans l'espace. Enfin grand bien leur fasse, qu'est ce que ça peut me faire?
Que des gens soient sensibles à la pression, c'est certain mais je ne suis pas sure que ce soit forcemment lié au sexe ou au statut de la personne.
Là où je suis un peu sceptique c'est sur l'effet solo. Il y a très peu de garçons avec moi mais ils réussissent autant que nous. Après, si tu es dans un environnement sexiste, j'imagine que c'est pas agréable mais les gens qui savent se défendre s'en sortent bien je pense.
Quant à la mixité:la réfléxion est interressante, je n'y avais pas pensé. J'ai connu les classes mixtes et non mixtes. Quand j'étais en non mixte je ne me suis jamais sentie inférieure.Je ne vois strictement aucune différence de capacité intellectuelle entre un homme et une femme . De toute façon les filles ont également réputation d'être plus sérieuses et plus brillantes que les garçons alors...
Ce qui me semble le plus problématique c'est qu'il est certain que certaines de nos différences sont conditionnées par notre éducation etc mais je pense pas qu'un homme et une femme soient pareils. On est différents physiquement et le corps c'est jamais anodin. Mais cette remarque ne justifie en rien la discrimination. Différence n'est pas synonyme d'infériorité ou de supériorité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
nala
Michante et floodeuse
avatar

Féminin
Nombre de messages : 504
Age : 33
Localisation : paris
Emploi/loisirs : educatrice spécialisée
Humeur : metro boulot dodo
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Ven 25 Avr - 22:42

trois avis seulement sur la question!!!!!!!

le stereotype ne semble pas si rependu que ça tout compte fait!!!! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SoFaD
petite pipelette
avatar

Féminin
Nombre de messages : 23
Age : 35
Localisation : plutôt ailleurs...hé hé
Emploi/loisirs : Enseignante FLE
Humeur : anti-cons
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Mar 6 Mai - 1:24

Arf, c'est le sujet de mon partiel de demain (on le connait déjà vu que c'est surtout un travail de compréhension, d'organisation et de réécriture) dont cry

Du coup j'ai plein de choses à dire, mais ça attendra demain Sad

En attendant, une question qui m'a posé pas mal de problèmes: Quelles différences faites-vous entre préjugé et stéréotype?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liquitex
plume à papotte
avatar

Féminin
Nombre de messages : 272
Age : 36
Localisation : Pébéoville
Emploi/loisirs : A la recherche d'un peu de dignité humaine
Humeur : Multicolore
Date d'inscription : 23/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Mar 6 Mai - 23:13

Ahem....excellent question de SofaD, que je me suis jamais posée....Pour moi c'est du pareil au même, non? A part que quand ont me dit "stéréotyoe" je visualise un ghettoblaster...(Qi de moule, vous dis-je)

Donc j'ai fait une loooongue recherche (hem....Google en fait), et j'ai crouvé ça, m'dame!!!

"préjugé, nom masculin
Opinion, jugement préconçu"

"stéréotype, nom masculin
Sens Banalité, idée toute faite et sans originalité."

Notez bien: NOM MASCULIN pour les deux! Ahaaaa!!!

Bon, sinon, en clair et si j'ai bien compris, un exemple de préjugé: "les espagnols dansent tous le flamenco"
Stéréotype: "Tes cheveux sont blonds comme les blés..."


Sur ce, voilà un petit truc bien crispouillant entendu aujourd'hui de la bouche d'une amie (fille, donc, ce qui est ENCORE PLUS crispouillant)

On parlait du film "American Psycho". Pour celles qui connaissent pas, c'est une adaptation, par la réalisatrice Mary Harron, du chef d'oeuvre littéraire de Bret Easton Ellis. L'histoire d'un tueur en série, absolument écoeurante dans le livre, absolument barbante dans le film.
Bref, la demoiselle pensait que si le film était aussi gnan-gnan, c'était tout simplement parce qu'une femme l'avait réalisé, et qu'un mec, lui, aurait osé montrer bien plus de sang, de tripailles, d'horreur etc....

Ce qui sous-entend que les femmes sont fleurs-bleues, et les hommes de vrais barbares dopés à la testostérone....

Alors certes, il y a peu de réalisateurs femelles. Mais parmi elles, beaucoup sont autant, sinon plus "couillues" que les hommes: Kathryn Bigelow, Catherine Breillat, Virginie Despentes et Coralie Trin-Thi....Inversement, la plupart des réalisateurs étant des mâles, beaucoup de films "pour filles" (c-a-d les trucs d'amûûûr gentiment gnan-gnan)sont réalisés par des hommes: tous les Bridget Jones, 4 Mariages et un enterrement, Dirty Dancing, j'en passe et des plus suaves.

Je précise, j'ai rien contre ce genre de films. Mais je préfère les bons films d'horreur dégoulinants, bien qu'étant une fille. Alors qu'on ne vienne pas me dire que les mecs sont faits pour les films violents, et les demoiselles pour les love-stories!!!

(nota: y'a rien qu'à voir le succès du dernier Tarantino auprès de la gent féminine, et toc!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chibi
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 689
Age : 32
Localisation : fuce d'buk
Emploi/loisirs : revison
Humeur : n'a pas encore atteinds son aspiration principal .
Date d'inscription : 22/03/2008

MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   Mer 7 Mai - 2:16

Alors a mon sens le prejugé vient d'experiance personnel qu'on a eu avec tel ou tel groupe d'individu .

Par exemple Baba est longtemps sortit avec une nana qui restait avec lui pour son fric ,elle le plaque pour quelqu'un de plus riche.Arrive la fille n°2 radine comme ses pieds ,infoutu de mettre un centime dans quoi que se soit .Elle se transforme en crapaud a la fin de la relation .Baba développera par la suite un préjugé sur les nana et leur rapport au fric .

La ou le stéréotype est un phénomène social ,le préjuger touchera une personne .Un accumulé de préjuger deviendra donc un stéréotype .

Ca va on voit ce que je veux dire ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chibi.over-blog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Puissance du stereotype   

Revenir en haut Aller en bas
 
Puissance du stereotype
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Film d'animation]Disney
» Double Lundgren
» My little pony: Friendship is magic - S2E15 : The Super Speedy Cider Squeezy 6000
» Clichés & Stéréotypes ?
» Stéréotypes (tout le monde a des clichés sur tout le monde !)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
coquillages et blablatages :: actu en tous genres :: l'actualité,la politique ,les grèves-
Sauter vers: